Archives Municipales Bressuire, 1 I 25

Il y a 127 ans, Bressuire était en fête

Dans le classement des Archives municipales la série I concerne l’hygiène publique et la justice. Elle même est composée de sous-séries, celle nommée 1 I est remarquable pour ses affiches des fêtes locales.

Archives Municipales Bressuire, 31 Z

L'ultime souvenir du Circuit de vitesse

Tout était prêt pour l’édition de 1955 du Circuit international de vitesse. L’épreuve n’aura finalement jamais lieu.

Archives Municipales Bressuire, 1 I 35

Sous l’Occupation mais aussi après-guerre, la Fête des mères a donné lieu à des animations d’envergure, à Bressuire

C’est d’abord en 1806 que Napoléon aurait eu l’idée d’une fête des mères officielle afin d’honorer les mères de familles nombreuses. Mais il faudra attendre le 20 avril 1926 pour que la première « journée des mères » soit célébrée. Les mères de familles nombreuses sont alors honorées avec une remise de « médaille de la famille française ».

Archives Municipales Bressuire, 70 Z

Souvenirs du petit séminaire

Parmi les archives privées conservées au sein des Archives municipales de Bressuire, la sous-série 70 Z est agrémentée d’une photographie du petit séminaire Saint-Joseph de Bressuire datant de l’année scolaire 1893-1894.

Une journée du timbre respectée à la lettre

Cette affiche (cotée 1 I 47) réalisée par l’imprimerie Grolleau de Bressuire, annonce la célébration de la journée nationale du timbre. Cette manifestation a été créée par la Fédération des sociétés philatéliques françaises en 1937, tous les ans des expositions sont organisées en France. Depuis 1944, la Poste émet un timbre consacré à cette journée

Un billet de confiance signé Delouche, Maire en 1791

Le service de Archives municipales de Bressuire collecte, classe, conserve et communique les documents produits et reçus par les services municipaux. Il peut aussi lorsque l’intérêt patrimonial est certain, acheter des documents rares

Quand le maire irritait les féministes

Ancien maire et sénateur radical de Bressuire, René Héry était opposé au vote féminin. La Ligue française pour le droit des femmes ne l’épargnait pas.

Le grand bazar régnait en ville

L’enseigne Grand Bazard des galeries parisiennes a illustré l’essor commercial du début XX ͤ siècle. Des traces de son existence subsistent.

scan_marylise.hirtz_2021-11-18-09-03-50

Vestiges d’une salle de gymnastique

La construction d’un stade scolaire était attendue de longue date. Quelques documents font état de la genèse de cet équipement, aujourd’hui disparu.

Le support touristique sort de l’oubli

Imaginée il y a plus de soixante ans, une enveloppe vantant tous les atouts de la ville. Peut-être une pièce unique.

Des trésors familiaux partagés

Les dons des particuliers sont précieux pour les archives municipales. Celui de la famille Garand révèle bien des aspects de la vie bressuiraise d’antan.

L’étonnant destin de Jean Bussi

Arrivé d’Italie en quête de travail, l’artisan-cimentier a contribué à la construction de nombreux éléments urbains locaux toujours visibles, de nos jours.

Archives Municipales Bressuire, 5 M 108

Souvenir de la vie des abattoirs

L’activité des abattoirs, qui subsiste aujourd’hui encore, a marqué des générations de bressuirais. Retour sur l’histoire de ce pan essentiel de l’économie locale.

Archives Municipales Bressuire, 11 Fi 421

L'Histoire de l'Hôpital Saint-Charles

Les hospices ou hôpitaux créés à l’origine par les chrétiens au Moyen-Age n’avaient pas pour vocation de soigner, mais d’accueillir les malheureux malades ou trop âgés, mais aussi les pèlerins sur le chemin de Compostelle. D’autres établissements charitables virent le jour comme les maladreries et aumôneries.

Archives Municipales Bressuire, 63 Z

Un souvenir précieux des cavalcades

Rares sont les images représentant les cavalcades qui, jadis, enthousiasmaient les bressuirais.

Parmi les  dons effectués aux archives municipales, Monsieur Patrick Ballargeau a offert une photographie d’une cavalcade.

Les cavalcades étaient organisées en général pendant le carême, moment conviviale dans les communes. Mais c’était aussi un prétexte pour collecter des fonds pour les nécessiteux.

CONCOURS 1937
Archives Municipales Bressuire, 1 Z

Aux prémices de la Foire-Expo

Retour sur ce temps fort de la vie bressuiraise.
Grande manifestation qui présente le savoir-faire des agriculteurs et des artisans du bocage bressuirais. La toute première Foire-Exposition-Concours d’animaux de boucherie de l’espèce bovine, a été présentée le jeudi 18 mars 1937, comme nous l’atteste la superbe affiche conservée au sein des Archives Municipales.

Archives Municipales Bressuire, 4 M 13 bis

Du temps de l'école des garçons

L’ancienne école de garçons a aujourd’hui une vocation culturelle. Au début de l’année 1878, la municipalité projette de construire une école de garçons sur un terrain situé boulevard de Saumur.
"Les animaux arrivent au parc de triage du centre d'abattage" . Aquarelle signée Géo Ham. Archives Municipales Bressuire, 1 S

La vie de l'abattoir en peinture

Place forte de l’économie, l’abattoir municipal a capté le regard artistique de Géo Ham, en 1943. Deux de ses aquarelles sont précieusement conservées, aux Archives Municipales

Archives Municipales Bressuire, 11 Fi 418

L'émergence du Cinéma-Théâtre

En 1882, sur l’emplacement prévu à l’origine pour être une école, la municipalité décide la construction d’une salle des fêtes. C’est l’architecte Tilleau qui présente ce projet au maire de Bressuire, Charles Bienvenu.

Plan aquarellé. Projet de Halles, vue d'ensemble. Archives Municipales Bressuire, 1 M 28

Aux origines de la création des Halles

Le 4 janvier 1820, le conseil municipal de Bressuire décide l’achat de l’ancien couvent des Cordeliers en ruine qui appartenait à Pierre Rabouam de Montigny, pour y établir un nouvel Hôtel de ville, des halles, une école et la gendarmerie.

Collection des Musées de l'Agglomération du Bocage Bressuirais, M0840-2008-4.12.3

La petite histoire de Bressuire

Bressuire trouve son nom dans une forme latinisée d’un nom celtique, composé des termes « berg » (la montagne) et « durum » (la forteresse) qui, liés, forment le nom de Berzoriacum au XIe siècle signifiant la « forteresse de la colline », peut-être en référence au castrum bâti sur une hauteur. Plus tard, le nom se transforme en Berchorium au XIIe siècle, pour devenir Berssuyre au XIVe siècle.

Fermer le menu